logo Crean
Réseau d'information de l'Union européenne

AOP, IGP, STG… ces labels européens qui protègent la gastronomie européenne

Depuis  1992, l’Union européenne a créé le label AOP, Appellation d’Origine Protégée, pour reconnaître l’origine géographique et le savoir-faire des terroirs d’Europe. Le label européen est directement inspiré des AOC français, les « appellations d’origine contrôlée ». D’ailleurs, les AOC français ont quasiment disparu depuis 2012, ils sont remplacés directement par le label européen qui reprend les mêmes critères. Il n’y a que sur le vin et certains produits issus de la forêt qu’on peut encore voir l’appellation française « AOC ».

Il existe 3 logos européens :

AOP : « Appellation d’Origine Protégée »

C’est le plus exigeant, car il indique que les ingrédients du produit ont tous été produits dans une même aire géographique et que le produit a été transformé au même endroit. Par exemple, l’huile d’olive AOP de la région de Kalamata en Grèce est produite à partir d’olives produites dans la même région.

IGP : « Indication Géographique Protégée »

Il indique que le produit a été élaboré dans une zone géographique avec un certain savoir-faire mais que tous les ingrédients ne proviennent pas forcément de la même région. Par exemple, les anchois de Collioure IGP dans la région de Perpignan sont préparés selon la méthode ancestrale des pêcheurs de Collioure mais les anchois ne proviennent pas forcément de Collioure.

STG : « Spécialités Traditionnelles Garanties »

Avec les STG, on perd la notion d’origine géographique, seule la méthode traditionnelle et la composition sont reconnues. Par exemple, c’est le cas de la STG Pizza napoletana, la pizza napolitaine qui est cuite au feu de bois et dont la recette traditionnelle est ainsi reconnue.

 

Les AOP en Normandie

On retrouve bien sûr les produits typiques de Normandie comme la crème et le beurre d’Isigny, le Camembert de Normandie, le Livarot, le Pont l’Evêque et le Neufchâtel, et le cidre du Pays d’Auge. Du côté des IGP, Indications Géographiques Protégées, le cidre, le porc et la volaille de Normandie sont également protégés. On peut retrouver tous les AOP, IGP et STG par pays ou par catégories de produits sur la base de données DOOR (« Database Of Origin & Registration »), sur laquelle on peut aussi retrouver tous les critères de production.

La transparence vis-à-vis des consommateurs et du respect des producteurs est nécessaire. Ainsi, en février 2018, un accord a été trouvé entre les fabricants de camemberts « fabriqués en Normandie » et ceux de l’AOP « Camembert de Normandie ».

Comment sont attribuées les appellations ?

D’abord, il faut qu’un groupe de producteurs s’associe et doit définir la composition et les conditions de production pour le produit qu’ils veulent labelliser en rédigeant un cahier des charges précis. Ensuite, ils contactent l’organisme national en charge d’attribuer les appellations d’origine contrôlée. En France, il s’agit du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, par exemple.

Quels sont les nouveaux AOP en 2017 ?

En 2017, une dizaine de produits des terroirs européens ont rejoint le clubs des AOP. C’est le cas d’un chou,   Varaždinsko zelje, du nord de la Croatie, du  miel de Villuercas-Ibores en Espagne et du fromage Ossolano du nord de l’Italie. On trouve aussi le Welsh Laverbread, gâteau d’algues Gallois, au Royaume-Uni et chez nous, en France, l’ail violet de Cadours sont protégés par une appellation d’origine contrôlée.

 

Télécharger la publication sur les différents labels « Qualité garantie UE »

 

Ailleurs en France…

Au mois de septembre 2016, le centre Europe Direct de Besançon en Franche-Comté a consacré son grand débat régional  « Parlons d’Europe en Région » aux appellations d’origine. Revoyez la vidéo au cœur du vignoble de Franche-Comté :

Et à lire, toujours en Franche-Comté : « Sans l’Europe, on ne vendrait plus de comté » un article paru dans le journal Le Progrès.