logo Crean
Réseau d'information de l'Union européenne

Quelles différences entre Service Volontaire Européen et Service Civique ? Faisons le point !

Parmi les nombreuses possibilités de mobilité en Europe, ceux qui vous permettent de partir pour une longue période à l’étranger et de s’engager dans la vie sociale il y a le Service Volontaire Européen (SVE) et le Service Civique. Ce sont deux dispositifs très semblables, il n’est pas facile de saisir les différences, ce qui crée un peu de confusion.

Nous avons donc demandé aux jeunes qui effectuent ces deux types de volontaires en Normandie de répondre à quelques questions et faire un peu le point sur le sujet. Nous présentons ensuite Alejandra Alonso Lorenzo, Espagnole en Service Volontaire Européen et Manuela Mio, jeune Italienne qui fait un Service Civique.

 

A : Je fais mon SVE en France, concrètement à Caen. Le SVE est un programme de volontariat européen et je travaille dans une organisation qui s’appelle le CRIJ (Centre Régional d’Information Jeunesse) dans le cadre de sa mission de Centre d’Information Europe Direct. La durée de mon volontariat est de 10 mois.

M : Je suis en Service Civique ou CREAN (Carrefour Rural Européen des Acteurs Normands), c’est une association qui informe sur l’Union européenne, ses politiques et ses opportunités, elle est aussi labellisée Centre d’Information Europe Direct. C’est un volontariat, c’est-à-dire ni un emploi, ni un stage. C’est un peu comme du bénévolat, sauf qu’à la différence du bénévolat, qui est plutôt ponctuel, le volontaire s’engage sur plusieurs mois, 8 dans mon cas.

  • Comment avez-vous trouvé votre SVE/Service Civique ?

A : J’avais envie de retourner en France après mon séjour à Nantes comme assistante de langue. C’est pour ça que j’ai recherché un SVE en France  avec un projet intéressant. C’est sur la page Facebook du CRIJ de Caen qui j’ai trouvé avait offrit le poste vacant de ce SVE, j’ai décidé d’envoyer ma candidature.

M : Après avoir obtenu ma licence en Relations Publiques, je voulais faire une pause pour vivre une expérience qui m’aidera à trouver quelle orientation prendre. Je voulais toujours voyager, donc je cherchais quelque chose dans un autre pays.

  • Comme avez-vous candidaté et quel était le processus de sélection ?

A : J’ai trouvé ma structure d’envoi sur Internet et j’ai postulé par email avec une lettre de motivation, mon CV et un dossier sur ma motivation et mes attentes pour faire un SVE. Après, j’ai fait un entretien Skype avec mes futurs collègues qui sont en charge de mon projet et voilà ! Je suis ici depuis le mois d’octobre.

M : J’ai aussi fait mes recherches sur Internet. J’ai trouvé l’offre avec la description de la mission et j’ai envoyé ma candidature directement au CREAN (CV, lettre de motivation). Après j’ai fait une interview sur Skype avec mes collègues actuels et le même jour elles ont confirmé que j’avais été sélectionnée.

  • Quelles sont les critères pour pouvoir candidater, par exemple une limite d’âge ?

A : Pour faire un SVE, il faut juste avoir entre 17 et 30 ans et beaucoup de motivation. Ce n’est pas nécessaire d’avoir une formation universitaire ou même un niveau de la langue du pays où vous voulez effectuer le volontariat.

M : Egalement, dans mon cas, la condition la plus importante a été la motivation, l’intérêt pour les questions européennes et la mobilité en Europe. Je suis arrivée sans savoir un mot de français, en dehors des « croissants » et « baguette », mais cela n’a pas été un probléme!

  • Pouvez-vous expliquer brièvement ce que vous faites, quel type d’activité vous effectuez pendant votre volontariat ?

A : Je travaille sur la mission de Centre d’Information Europe Direct et c’est pour ça que mes activités sont autour de l’Europe, de partir à l’étranger pour travailler, faire un stage, un volontariat, c’est informer les jeunes de la possibilité de bouger en Europe, interventions scolaires (lycées et collèges) pour parler des différents dispositifs de mobilité européenne ou de la citoyenneté européenne, participer, organiser et témoigner dans les événements concernant la mobilité européenne, chroniques radio et soutien de la page Facebook « Europe Direct Normandie Caen », création de matériel pédagogique, jeux déblocage linguistique, jeu sur la mobilité, etc.

M : Exactement les mêmes choses qu’ Alejandra ! La principale différence est que je suis à Vire, dans une zone rurale, donc le public auquel je m’adresse est un peu différent et mon association est de plus petite dimension.

  • D’un point de vue économique, vous avez un soutien de l’organisation qui vous accueille ? Vous avez dû rechercher votre propre logement ?

A : Oui, le SVE et 100% pris en charge grâce à une subvention de l’Union européenne. Ça veut dire que mon logement, le transport de la ville (bus et tram) et les billets d’avion d’aller et retour sont compris dans le programme SVE. En plus, j’ai une assurance maladie et de l’argent pour ma nourriture ainsi que de l’argent de poche chaque mois.  En plus, il y a un soutien linguistique sur Internet ou de cours de langue pour améliorer le niveau de la langue du pays où on fait le volontariat.

M : Oui, je reçois une indemnité tous les mois d’environ 500€. On m’offre des cours de langue et je peux manger aussi gratuitement à la cantine du lycée agricole où est situé mon association. Le logement a été fourni et l’indemnité prévue en plus sert à le paye. Contrairement au SVE, le coût du transport ne sont pas remboursés et l’argent vient de l’Etat à travers le dispositif Service Civique, qui est en fait aussi ouvert à tous les citoyens européens, comme moi.

  • Enfin, quelles sont les principales différences entre une Service Volontaire Européen et un Service Civique ?

A : Par rapport aux missions et ce qu’on fait, le SVE et le Service Civique sont pareils. On s’engage sur une longue durée dans un projet d’intérêt général. Par contre, au niveau financier, ce n’est pas une indemnité mensuelle comme dans le Service Civique, c’est l’organisme d’accueil qui verse au volontaire de l’argente de poche d’un montant d’environ 110 €. En plus, le SVE est valable entre 17 et 30 ans et le Service Civique de 16 ans jusqu’à 25 ans.

M : Oui, ils sont très similaire. Pour compléter qu’a dit Alejandra, je voudrais ajouter que dans le cadre du Service Civique le transport n’est pas remboursé, le logement n’est pas gratuit mais il y a une aide financière supplémentaire, et je travaille 24h par semaine alors que les SVE travaillent 30h par semaine. La différence la plus importante est que le Service Volontaire Européen est financé par l’Union européenne et fait partie des initiatives de programme Erasmus +, tandis que le service Civique est un dispositif financé par l’Etat français.